MB devient rural

Hossam Tammam


Le mai 2008 les élections du Bureau d'orientation des Frères musulmans montrent que le groupe a subi une transformation majeure. Les Frères musulmans étaient autrefois un groupe urbain dans sa composition et son style de gestion. Maintenant, ses modèles culturels et ses loyautés prennent une allure rurale. Par conséquent, les Frères musulmans perdent la clarté de direction et de méthode qu'ils avaient autrefois. Au cours des dernières années, les Frères musulmans ont été imprégnés d'éléments ruraux. Itstone devient de plus en plus patriarcal, et ses membres montrent à leurs supérieurs le genre de déférence associée aux traditions de la campagne. Vous les entendez qualifier leurs hauts fonctionnaires de “oncle hajj “, “le grand hajj “, “notre bienheureux”, “l'homme béni de notre cercle”, “la couronne sur nos têtes”, etc. Parfois, ils embrassent même les mains et la tête des hauts dirigeants. Il n'y a pas longtemps, un parlementaire des Frères musulmans a embrassé la main du guide suprême en public. Ces comportements sont nouveaux pour les Frères musulmans, un groupe qui a émergé et opéré principalement dans un contexte urbain. Les nouveaux modes de parole et de comportement, que j'appellerai le “ruralisationof the Muslim Brotherhood, have affected every aspect of thegroup’s internal operations. In its recent elections, the Muslim Brotherhood maintained a tightlid of secrecy, offered the public contradictory information, and generally seemed to beoperating with little regard for established procedure.The Muslim Brotherhood Shura Council elections emphasised ritual over order. The mainconcern of the Brotherhood, throughout the recent elections, seemed to be with maintainingan aura of respect for the leadership and getting the rank-and- file to offer unquestioningloyalty to top officials.A system of secondary loyalties has emerged inside the Muslim Brotherhood, in nearindependence from all considerations of institutional work. Entire geographical areas, indeedentire governorates, sont désormais considérés comme des fiefs politiques appartenant à un dirigeant des Frères musulmans ou à un autre. Les membres des Frères musulmans se référaient à un certain orgouvernorat de la ville comme étant le territoire de certains individus. Duplicité, un autre trait des communautés rurales, sévit également. La fausse allégeance est courante,avec des membres disant une chose en privé et une autre en public. Comme c'est la coutume à la campagne, le respect de l'autorité s'accompagne souvent d'une résistance au changement. Par conséquent,vous verriez des membres faire semblant d'écouter leurs supérieurs des Frères musulmans tout en prêtant peu ou pas d'attention à ce qu'ils disent. Bon nombre des nouvelles idées avancées par les dirigeants des Frères musulmans ont été ignorées, ou au moins diluée puis jetée. Lorsqu'un membre de la Fraternité propose une nouvelle idée, la direction des Frères musulmans réagit comme si ce membre parlait dans le désordre. Soi- la critique est de plus en plus mal vue et la pensée dominante au sein des Frères musulmans devient traditionaliste et inconditionnelle. Les Frères musulmans ont été actifs dans le recrutement d'enseignants et de professeurs. Mais la plupart des nouvelles recrues sont rurales dans leur culture et leur compréhension de la vie publique. Malgré leur pedigree scientifique, beaucoup d'universitaires qui ont rejoint la Fraternité sont paroissiaux dans leur compréhension du monde. Les Frères musulmans ont presque 3,000 professeurs universitaires dans ses rangs, et peu ou aucun d'entre eux sont dotés de l'habitude de la pensée critique. Ils peuvent être des universitaires, mais ce ne sont pas des visionnaires. Lors des récentes élections des Frères musulmans, cinq membres du Conseil de la Choura du groupe ont remporté des sièges au Bureau d'orientation. La plupart d'entre eux venaient soit de zones rurales, soit de personnes ayant un mode de vie rural prononcé. Quatre étaient de la campagne, dont Saadeddin El-Husseini de Sharqiya, Mohamed Hamed de Mahala Al-Kobra, Saadeddin El-Katatni de Minya. Un seul venait d'un centre métropolitain: Oussama Nasr d'Alexandrie.Au cours de la dernière décennie, la plupart des nouveaux venus au Bureau d'Orientation venaient de la campagne: Mahmoud Hussein d'Assiout, Sabri Arafa El-Komi de Daqahliya, etMohamed Mursi de Sharqiya. Gouvernorats ruraux, comme Assiout, Minya, Daqahliya et Sharqiya, contrôlent maintenant une grande partie des Frères musulmans, surtout les postes intermédiaires, tandis que Le Caire et Alexandrie ont vu leur statut s'éroder progressivement. La direction de la Fraternité encourage la tendance, car les ruraux sont moins enclins à défier leurs dirigeants. Il fut un temps où les Frères musulmans s'adressaient principalement à un public urbain. Mais depuis la fin des années 1980, les choses ont changé. En raison de la longue confrontation avec le régime, les Frères musulmans ont plus de mal à recruter des supporters urbains. Aussi, le manque d'innovation dans les manières des Frères musulmans a rebuté de nombreux citadins. Au lieu de rejoindre les Frères musulmans, les jeunes et mécontents, ainsi que ceux qui recherchent le salut spirituel, ont rejoint le courant salafiste ou sont devenus des adeptes de la nouvelle race de bien du pays- télévangélistes parlés. Le fait que les Frères musulmans aient en grande partie abandonné la propagation religieuse au profit de la politique a peut-être accéléré cette tendance. Ce que les Frères musulmans ont à offrir est quelque chose dont les citadins n'ont pas vraiment besoin., un clonage de la communauté villageoise avec son système d'accompagnement personnalisé. C'est quelque chose qui plaît le mieux aux nouveaux arrivants de la campagne, aux personnes à qui manque la stabilité et le confort d'une communauté traditionnelle., l'occidentalisation de la vie citadine a peut-être poussé de nombreuses personnes d'origine rurale à rechercher un refuge moral et social chez les Frères musulmans. Dans les universités, les Frères musulmans attirent les nouveaux arrivants dans les villes plutôt que les citadins d'origine. Il réussit mieux à recruter des étudiants à l'Université Al-Azhar que dans d'autres universités, et plus de succès dans les gouvernorats ruraux qu'au Caire et à Alexandrie. 1952 Révolution, L'Égypte dans son ensemble a connu une vague de ruralisation. Mais même alors, les Frères musulmans ont concentré leur recrutement sur les personnes ayant un mode de vie urbain. Il y a cinquante ans, les Frères musulmans recrutaient majoritairement parmi les fils d'employés du gouvernement, enseignants, et généralement la classe des cols blancs. La campagne égyptienne n'était pas accueillante pour les Frères musulmans ou ses perspectives. À présent, les Frères musulmans sont devenus si conventionnels qu'ils gagnent du terrain dans les campagnes. Les Frères musulmans peuvent mener des campagnes efficaces et même gagner des élections dans de nombreuses régions de la campagne égyptienne.. Encore, Je suis convaincu que la campagne affecte les Frères musulmans plus que les Frères musulmans ne l'affectent. À l'époque de Hassan El-Banna, Les dirigeants des Frères musulmans étaient pour la plupart urbains à leurs manières:Hassan El-Hodeibi, Omar El-Telmesani, Hassan Ashmawi, Moonir Dallah, Abdel-Qader Helmi et Farid Abdel Khaleq. Même à la campagne, les principaux membres des Frères musulmans étaient connus pour leur style de vie urbain: Mohamed Hamed Aboul- Naser et Abbas Al-Sissi, par exemple. Par contre, la nouvelle race de dirigeants des Frères musulmans est rurale à sa manière. Cela vaut même pour les dirigeants des Frères musulmans basés au Caire, dont Mohamed Mursi, Saad El-Katatni,Saad Al-Husseini et Sabri Arafa El-Komi. Et le guide suprême des Frères musulmans,Mahdi Akef, est plus rural dans son style de leadership que son prédécesseur, Maamoun Al-Hodeibi.

Classé dans: ArticlesEgypteÉvénements & NouvellesEn vedetteQuestionsMoyen OrientFrères musulmansRégions

Tags:

About the Author:

RSSCommentaires (0)

URL de trackback

Laissez une réponse